L'auteur
Sacré James

Présentation

Photo © de Michel Durigneux.

James Sacré est né en 1939. Il passe son enfance et son adolescence à la ferme des parents en Vendée. D’abord instituteur puis instituteur itinérant agricole, il part, en 1965, vivre aux Etats-Unis où il poursuit des études de lettres (thèse sur la poésie de la fin du XVIè siècle français). Il y enseigne dans une université du Massachusetts (Smith College) tout en faisant de nombreux séjours en France et des voyages en d’autres pays (l’Italie et le Maroc, souvent). Il vit de nouveau en France, à Montpellier, depuis 2001.
Publié essentiellement chez de petits éditeurs, tels que Tarabuste, André Dimanche ou Le Dé bleu, l’auteur n’en connaît pas moins depuis trente ans une large audience et une écoute enthousiaste, comme en atteste le nombre des participants aux colloques qui lui sont consacrés. Reconnue par ses pairs, son œuvre occupe le cœur des débats contemporains, et a inspiré de nombreuses études, revues et anthologies (la revue Amastra-N-Gallar -automne 2005- lui est entièrement dédiée). Plusieurs poètes déclarent être profondément influencés par son écriture unique.

Comme Verlaine, James Sacré cultive un art savant de la méprise, de l’approximation, de la négligence, voire de la faute.
 Jean-Michel Maulpoix

James Sacré désamorce le… sacré de la poésie, ce sentiment d’importance qu’elle se donne parfois et qui fait que beaucoup restent, intimidés, sur le seuil du recueil.
 Thierry Guichard (Le Matricule des anges)

Bibliographie

Derniers livres publiés

 Durance, version dite « de papier », Atelier des Grames, 2011
 Mobile de camions couleurs pour le noir et blanc de plusieurs photographies de Michel Butor, Virgile, 2010
 Où vas-tu dans la forêt, Odile Fix, 2010
 America solitudes, André Dimanche, 2010
 Peliqueiro levantando os brazos, Amasta-N-Gallar, 2010
 En tirant sur les mots, Potentille, 2010
 Tissus mis par terre et dans le vent, Le Castor astral, 2010
 Retour en des cafés de là-bas, La Porte, 2010
 Le désir échappe à mon poème, Al Manar, 2009
 Portrait du père en travers du temps, La Dragonne, 2009
 Bernard Pagès, Élancées de fêtes, mais tenant / Au socle du monde, La Pionnière / Pérégrines, 2009
 31 poèmes de l’Amérique un peu, Contre-Pied, 2008
 Se os felos atravesan polos nosos poemas ?, Santiago de Compostela, Amastr-N-Gallar, 2008
 Comme pour être un jardin, Tunis, Tawbad, 2008
 Une idée de jardin à Beyrouth, Ficelle n° 84, Rougier. V éditions, 2008
 Coudre ton enfance à demain, Contre-allées, « Poètes au potager », 2008
 D’autres vanités d’écriture, Tarabuste, 2008
 Le poème n’y a vu que des mots, L’Idée bleue, 2007
 Un paradis de poussières, André Dimanche, 2007
 Âneries pour mal braire, Tarabuste, 2006
 Brousaille de prose et de vers (où se trouve pris le mot paysage), Obisidiane, 2006
 Ecriture aux objets d’encre, poèmes pour accompagner quatre gravures en manière noire de Judith Rothchild, Verdigris, 2005
 Les mots longtemps, qu’est-ce que le poème attend ? Tarabuste, 2004
 La mémoire de personne, eau-forte de Richard Texier, éd. C. D’hervé, 2004
 Un p’tit garçon, je sais plus, éd. Bernard-Gabriel Lafabrie, 2004
 Sans doute qu’un titre est dans le poème, Wigwam, 2004
 Mouvementé de mots et de couleurs, Le Temps qu’il fait, 2003
 Une petite fille silencieuse, André Dimanche, 2001
 Coeur élégie rouge, réédition, André Dimanche, 2001
 Écrire à côté, Tarabuste, 2000
 Si peu de terre, tout, Le Dé bleu, 2000


Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« On disait
que c’était avant la buée sur les vitres,
que c’était avant la neige sur les trottoirs,
que c’était avant les crêpes qu’on enroule
et avant les histoires du soir. »
Pascal Leclercq
On disait

Aux éditions Cadex