Le Congrès d’automne
Vahé Godel

publication 1995
7,50  (7,11  HT)

Le Congrès d'automne, Vahé Godel, nouvelle, 7 gravures de Jacques Clauzel, coll. L'Anthrope, 12x16.5 cm, 32 p., 1995, ISBN : 2.905910.55.0

Présentation

Une étrange confrérie se réunit pour un grand festin dans deux salles jumelles. Sur les murs, une longue fresque et des tapisseries évoquent les errances d’Atémis. Des têtes de gibiers multiples veilleront sur les agapes.
Où sommes nous ? Qui sont ces personnages inquiétants, seuls à connaître la partition du rituel auquel nous assistons ? Qu’est-il arrivé à « l’amazone des îles » dont les lunettes noires masquent « des paupières meurtries, sans cils, et des yeux curieusement bridés, que cernent des cicatrices mauves encore pourvues de fils, sinueux chapelets de petites mouches noires. »
Vahé Godel envoûte le lecteur, dans ce récit où le fantastique s’impose d’autant plus qu’il reste discret, comme tapi dans l’obscurité d’un récit dont la force d’évocation conduit loin...

Extrait

« Au beau milieu du festin, tandis que les viandes s’amoncellent, que les sauciers circulent, que s’inclinent les bouteilles trapues et armoriées, un seul convive a cessé de manger et sa coupe demeure aux trois-quarts pleine : il s’affaisse peu à peu, se tasse, s’amenuise, comme s’il cherchait à s’effacer, à s’abstraire de ce monde bavard, humide et carnivore. Nul doute, il est en train d’abandonner son siège, mais par le bas, curieusement, comme si quelque force invisible le tirait par les pieds : il se coule en effet - il se laisse couler - sous l’énorme table napée de pourpre, de manière insensible, au point que personne - ni servant ni servi - ne prête attention à cet engloutissement. »

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Il vaudrait mieux mourir avant d’aimer et d’être aimé, je me dis ça quelquefois. Ce ne serait pas forcément plus facile, mais peut-être un peu, je ne sais pas ? »
Dominique Fabre
Le Perron

L’auteur

Le plasticien

La Collection

La poésie est facile Dans les jardins mouillés Profondeur du champ de vol Arènes 42 Un cri L’Italien Matière du temps 1 Quatre écoutes du tonnerre C’est papa qui conduit le train Tu me libellules Variations sur des carnets La Halte belge Capitaine des myrtilles L’Ombre nue Le Vingt-deux octobre Les Eaux noires Poèmes poids plume Le Soleil oiseleur Bavard au cheval mort et compagnie La Tombe d’un jeu d’enfant Maélo Fidèles félidés Lavoir de toutes les couleurs Stabat Mater Dans la présente abjection des mondes Encyclopédie cyclothymique Un habitué des courants d’air Matière du temps 2 Fragments du solstice Triptike