L'auteur
Guilbaud Luce

Présentation

Peintre, poète mais aussi professeur agrégée d’Arts plastiques. Ses œuvres ont fait l’objet de nombreuses expositions en France et en Allemagne. Parallèlement, elle est illustratrice de revues et de recueils de poésie.

"C’est la réception sensible de la réalité quotidienne, qui provoque l’écriture et quelquefois aussi la difficulté à en comprendre les émotions… Une sensation de départ, des mots et l’écriture arrive qui prend la forme qu’elle décide. Le déroulement du poème enrichit cette sensation et l’éclaire. C’est en écrivant que je reconnais ce que je suis capable d’éprouver. Cette écriture simple, c’est celle que je peux proposer à la lecture des enfants.
Une autre écriture surgit, tombe en moi, comme une parole échappée de l’entre-deux de la conscience. Ce qui s’écrit à partir de là me résiste. C’est une fouille organisée d’où je tire un texte qui n’a pas encore de forme et sur lequel je vais travailler longtemps. C’est cette parole parfois obscure et déroutante, même pour moi, qui ouvre ma curiosité et me force à écrire."

Titres épuisés dans la collection « Le Farfadet bleu » :
- Les Moustaches vertes, 1981 (rééd. 1986 et 1997)
- La Petite Feuille aux yeux bleus, 1983 (réed. 1998)
- Poèmes du matin au soir (coédition avec Les Écrits des Forges), 2004

Bibliographie

- La Mutation des racines, Ed. SGDP, 1975
- La Chair à vif des roses, Ed. Le Pont de l’épée, 1978
- L’Age des terres fluides, Ed.ARCAM, 1979
- Les Repaires de la nuit, Ed. Le Dé Bleu, 1979
- Dérivée, Ed. Soc et Foc, 1984
- En retard d’une foudre, Ed. Le Pont de l’épée, 1984
- Présages et tremblements, Ed. La Bartavelle, 1989
- Une journée, quelques mots simples, Ed. La Bartavelle, 1992 (réed. 1997)
- Partage du couchant, Ed. La Bartavelle, 1997
- Le Cœur antérieur, Ed. Le Dé Bleu, 1998
- Auto-Portrait à ciel perdu, Ed. Tarabuste, 1998
- L’Homme perpendiculaire dans sa nuit, Encres Vives, 1999
- À mon seul désir, Ed. Les Petits classiques du Grand Pirate, 2001
- Une pluie de non retour, Ed. Bernard Dumerchez, 2002
- Rouge incertain, coédition Les Écrits des Forges/ Le Dé Bleu, 2002
- Une robe de feuilles. Ficelle n° 51, Atelier V. Rougier, 2003
- Noir et après, Alain Benoît, 2004
- Elle lui dirait la mer, Ed. Tarabuste, 2004
- Sanguine, Ed. La Renarde Rouge, 2005
- Au terme de l’abeille, V. Rougier, 2008
- Feuillée de verts avec retouches, Ed. Tarabuste, 2009
- Méandres. Cahier d’artiste, Nelly Buret, 2010
- Au présent d’infini. Ficelle n° 107, Atelier V. Rougier, 2012
- Iris, avec Danielle Fournier, L’Hexagone (Montréal), 2012
- Nuit l’habitable, accompagnement Bernard Joubert, Ed. Les Arêtes, 2012
- Pas encore et déjà, couverture Isabelle Clément, Ed. Henry, 2012
- Renouées, avec Amandine Marembert, Ed. du Petit Pois, 2014
- Mère ou l’autre, Ed. Tarabuste, 2014
- Aux quatre orients le fleuve, Ed. Vagamundo, 2015
- Vent de leur nom, Ed. Henry, 2015
- Dans mes filets, Ficelle n° 124, 2016
- Risques et reliques, Ed. Les Arêtes, 2016
- Demain l’instant du large, Ed. Lanskine, 2017

Pour les enfants :
- Des fourmis dans les mots, Ed. L’Épi de seigle, 1997 (réed. 1999)
- Les oiseaux sont pleins de nuages, Ed. Soc et Foc, 2001
- Qui, Que, Quoi ?, Ed. Tarabuste, 2002
- Du sel sur la langue, Ed. Soc et Foc, 2004
- Ici rouge-gorge, Ed. La Renarde rouge, 2010
- Par les plumes de l’alouette, photos Camille Bonnefoi, Ed. Corps puce, 2012
- Naviguer dans les marges, illustr. Maïté Laboudigu, Ed. Soc et Foc, 2013
- Qui va là ?, collages L. Guilbaud, Ed. Les carnets du dessert de lune, 2013
- Le sourire du scarabée, illustr. Nelly Buret, Ed. La Renarde rouge. 2014

Livres d’artistes :
- Tresser les heures, photos, fabrication et conception de Cristina de Melo, 2009
- Braises, réalisation plastique Nelly Buret, 2010
- La Foudre sur le crayon, texte de M.G. Llansol, monotypes de Luce Guilbaud, Ed. Les Arêtes, 2010
- L’amour m’avait trouée vivante, fabrication et conception du livre Nelly Buret, 2010
- Debout sur la mer, gravure Sylvie Turpin, Les cahiers du museur, 2013
- Quelque chose manque ou quelqu’un, gravures Nelly Buret, typographie Fred Ouri, Ed. ENTRE 2, 2014


Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« J’étais nu près de Deborah nue, nos moiteurs s’évitaient à présent, nous souriions vaguement et parallèlement à un ventilateur harassé qui grinçait au plafond. Il y avait une douceur extrême à ne plus se sentir beaux ni désirés. Nous n’avons pas dormi, je pense. Quoique le dos collé au drap, nous avons flotté sous d’invisibles palmes. »
François Salvaing
De purs désastres, édition aggravée

Aux éditions Cadex