Le Chant du destin Philippe Lekeuche

Publication 1987
9,00 EUR (8,53 EUR HT)

Le Chant du destin, Philippe Lekeuche, poèmes, 4 encres de Jean Dalemans, coll. L'Ostiaque, 14x21 cm, 80 p., 1987, ISBN : 2.905910.05.4

Présentation

En ces jours-là, nous fut imposé un exode. Comme une horde nous fuyâmes en hâte, emportant quelques vivres, des armes, et ce qui nous restait d’âme et de cœur.

Nous traversâmes des vallons, des plaines, des montagnes, des déserts. Nous côtoyâmes des ravins, des précipices, des falaises, des fleuves sans fin.

L’Ennemi était partout, à la manière de l’Amour.
Nous nous battîmes contre le rien, contre des démons de chair, contre des choses plus cruelles que les satans.

Nous connûmes aussi le bonheur.

La troupe que j’étais chanta, chanta tous les jours, de l’aurore à l’aube du soir, à perdre haleine, à élever nos voix plus haut que Babel.

Ce sont quelques-uns de ces chants, lecteur, que tu trouveras dans ce livre.
- P.L.

(...) A tous les niveaux de la communication poétique, Lekeuche nous délivre une découverte éminemment personnelle. Car voilà une nouvelle voix poétique, au plus aigu de ses aveux savamment spontanés...
- Jacques De Decker

Extrait

CHANT.19
Toi qu t’empares de mon nom, m’empires mêmes, prenant sur toi d’étendre, au bord de moi seul, ton domaine, as-tu, chère emprise, le cœur à me rire, à pleurer, réclames-tu, cruel enfant, tel un jouet qui te lasse bientôt, ma tête ?

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Franck, Victorine et leurs enfants sont présentés devant le juge. La présence des enfants émeut tout le monde, jusqu’aux policiers de la PAF, dont l’un fait jouer Shanee, trois ans, avec l’étui de son pistolet. Le même fabrique des avions en papier dans le hall du tribunal pour la petite fille et répète, alors que je porte l’enfant dans mes bras et la berce : c’est une honte de voir ça, comment on traite les gens. Aujourd’hui, 16 septembre, Franck est parti au Congo. »
Marie Cosnay
Entre chagrin et néant

L’auteur

Le plasticien

La Collection

Ne me faites pas dire ce que je n’écris pas L’Enfant sur la branche Sillages Le Soleil oiseleur Trois anciens poèmes mis ensemble pour lui redire je t’aime Mi-ville mi-raisin Petits bonheurs La Mort est en feu Capitaine des myrtilles Ils Le Jour se lève encore Fragments d’une ville fantôme Petit traité d’éducation lubrique Le Loir atlantique Mange-Matin Quel sangue... Quella piaga... Une guirlande pour Casanova Nuitamment Presque le bonheur Les Eaux noires Opéré bouffe Vladivostok, aller simple L’Or de l’air Résidences secondaires Les Chiens du vent Pleine lucarne Mobilis in mobilier Profondeur du champ de vol Rien qu’une ombre inventée L’Ourlet du ciel La Poignée de porte